Qu’est-ce que Rebis ?

Rebis est le nom de mon site. Cela vient du latin et signifie « chose double ».

Rebis

Au moyen âge, rebis représentait l’hermaphrodite que l’alchimiste Heinrich C. Khunrath décrivait de la manière suivante : « de l’Un grossier et impur naît un Un extrêmement pur et subtil » (encyclopaedia universalis). Il symbolise le « processus de métamorphose de la conscience qui sous-tend cette naissance de l’Un véritable ».

Je crois que cela représente bien la raison pour laquelle je propose de l’hypnothérapie et des techniques de développement personnel : d’une part la reconnaissance d’une dualité et la recherche d’une unité, et d’autre part, un processus d’évolution de la conscience.

La chose double et l’Un véritable

Dans le contexte de mon cabinet d’hypnose, la chose double représente essentiellement la dualité du conscient et de l’inconscient. Le conscient, tel la partie émergée de l’iceberg, est responsable d’une petite partie de ce que nous sommes, de ce que nous percevons et de ce que nous faisons. C’est aussi la partie de nous-même que nous connaissons le plus puisque, par essence, elle est consciente. L’inconscient, tout comme la partie immergée de l’iceberg, est plus important mais moins visible. On sait qu’il est là mais on ne connait pas exactement sa taille ni sa forme et il est plus difficile à définir. Il a pourtant une importance déterminante dans nos comportements et nos réactions.

Concrètement, le conscient définit ce qu’on voudrait être et voudrait faire et l’inconscient ce qu’on est et ce qu’on fait.  Lorsque conscient et inconscient sont alignés et en cohérence, lorsqu’ils ont les mêmes objectifs, on se sent fort et plein d’énergie, on est pleinement épanoui et en accord avec soi-même (l’Un véritable). Lorsqu’ils divergent, cela devient un facteur de changement, de transformation de l’environnement ou d’évolution personnelle. Et si ce changement ne se produit pas, alors peut survenir une souffrance, plus ou moins grande.

Dans ce cas, un travail de thérapie ou de développement personnel peut améliorer la situation.

Un processus de changement

Vouloir n’est pas toujours pouvoir, car vouloir est du ressort du conscient et pouvoir est du ressort de l’inconscient. Ou disons plutôt que si le conscient veut et que l’inconscient ne veut pas, c’est toujours l’inconscient qui gagne.

Il devient alors nécessaire d’entamer un dialogue avec cet invisible inconscient.

Oui, mais comment faire ?

Lâcher la rationalité, se laisser entrer dans un état de relâchement et d’attention focalisée sur l’intérieur, laisser émerger les pensées inconscientes (rappelez-vous, celles qui étaient immergées), les accepter, et seul ou avec l’aide d’un thérapeute, leur laisser l’espace pour évoluer.

La philosophie de l’hypnose telle que je la pratique (hypnose ericksonienne) est d’accepter tout ce qui vient spontanément comme l’expression de quelque chose qui se trouve en nous, même si on sait pas vraiment de quoi il s’agit. Et c’est justement ce qui fait la force de cette approche car en nous acceptant tels que nous sommes, en permettant à nos pensées aussi bizarres soient-elles de s’exprimer, nous nous donnons la possibilité d’être reconnus et donc de changer. Car sinon, comment agir sur quelque chose dont on ne reconnaît même pas l’existence ?

L’avantage est que le changement induit est alors profondément personnel et donc bien plus durable que l’application d’une technique ou d’un « truc » qui vient de l’extérieur qu’on se force à exécuter.

Un mot agréable

Le Rebis, comme l’hypnose, est donc un processus de transformation qui vise à l’unification de deux choses. Je dois dire aussi que j’aime bien ce mot. Il est simple, original, et il recèle une profondeur insoupçonnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *